Ess-Aimons la gratuité !

Adresse postale et siège social:
9 Boulevard de Varsovie
11000 Carcassonne.

Courriels: gratilib@riseup.net et gratilib@gmail.com

Tel: 06 43 95 50 25

Compte sur É-changeons tout

Textes /

Rejoignez notre tribu non-marchande

Anomali, Rejoignez notre tribu non-marchande, 2012. Dernière mise à jour 27/03/2016 19:34


La « tribu » non marchande œuvre à ce que tout puisse être réalisé gratuitement.

Tribu, car ce n'est ni un collectif, ni un projet, ni un réseau, mais seulement des êtres humains parmi d'autres, ayant choisi pour emblème commun la promotion et l'action en faveur du développement de l'économie non-marchande et de la culture libre. C'est l'action qui les guide et non le fait d'appartenir à un collectif de personnes bien précises.

Gratuitement signifie « vraiment gratuitement ». Il faut faire en sorte que tous les biens et services puissent être produits et consommés grâce à des échanges libres, volontaires et sans obligation de contre-partie, ou grâce à l'auto-production. Exit la fausse gratuité des services fournis ou subventionnés par l'État, puisque c'est l'impôt qui la finance, la gratuité intéressée des entreprises (le cadeau bonux !) dirigée vers la recherche d'un profit monétaire et le troc ou les SEL (systèmes d'échange local) fondés sur l'obligation de contre-partie.

Ne luttons pas contre ces fausses gratuités ou contre le marché, mettons en place et soutenons des alternatives concrètes, structurées et pérennes, pour toutes les activités que nous réalisons.

  • Au mythe du déficit culturel, opposons la culture libre et sa myriade d'initiatives où l'abondance et la gratuité sont la règle. Libérons nos œuvres, littéraires, musicales, artistiques, pour les partager directement entre nous.
  • À la pénurie alimentaire imaginaire, opposons le partage gratuit des ressources naturelles, et le respect de la terre et de la mer, à travers des pratiques d'auto-production et d'auto-suffisance alimentaire (polyculture, pêche, chasse, élevage domestiques).
  • À la pénurie de logement, opposons le partage des logements inoccupés, tout ou une partie de l'année, les réseaux d'hospitalité, l'auto-construction, le nomadisme.
  • Au tourisme de masse, destructeur des cultures, opposons le voyage gratuit, et la découverte réciproque de l'autre, dans le respect des cultures.
  • Au mythe de la pénurie éducative, opposons une école non marchande et désintermédiarisée, où chacun est à la fois formateur et apprenti, et où on respecte le droit de chacun de se former à ce qui lui plaît et à ce dont il a réellement besoin.
  • Au mythe de la pénurie médicale, opposons le droit de chacun de soigner son prochain ou d'être soigné par lui, et la libération et le partage des ressources médicales.
  • Au mythe de la pénurie productive ou à l'impératif de sur-croissance, opposons la construction progressive d'ateliers gratuits et de réseaux non marchands de production, où chacun, œuvrant à ce qu'il affectionne, peut produire, réparer et recycler gratuitement.
  • Aux incitations de la société industrielle, opposons l'aversion à l'idée d'être riche, car c'est incompatible avec un mode de vie sobre et égalitaire, l'aversion à la contrainte du travail marchand, dégradant dans la plupart de ses aspects, et l'aversion à la progression dans les hiérarchies organisationnelles, car c'est un parcours sans fin, fondé sur l'élimination des concurrents, auquel il est plus sage de renoncer dès le départ.

Rejoignez la tribu non-marchande en agissant à tous ces niveaux, ou à ceux qui vous plaisent, en multipliant les structures qui permettent, défendent et favorisent ces formes d'échange, en les créant, ou en participant à des structures déjà existantes.

De plus en plus d'initiatives non marchandes fleurissent aujourd'hui, loin du traditionnel couple Marché/État. Il faut les faire connaître et d'en élargir les possibilités et les applications. Il faut aussi de multiplier les structures non marchandes pour éviter qu'une seule d'entre elles n'ait le monopole sur un service, et restreigne ainsi notre liberté d'échange.

Chacun peut participer en créant chez lui ou dans l'espace public, avec des personnes de son entourage ou non, des pôles, des espaces d'échange, des réseaux non marchands facilitant le partage gratuit. Il faut :

  • créer des médiathèques non marchandes et des listes d'objets à prêter (ses livres, ses cd, son jardin, son vélo, son logement...);
  • mettre en place des espaces facilitant la circulation libre et gratuite d'objets et d'informations (magasin gratuit, relais book-crossing, espace de stockage et d'échange d'informations libres...);
  • organiser des activités et des services non marchands et non professionnels chez les uns et chez les autres, permettant la réalisation commune d'activités éducatives, médicales, productives... (art, médecine, musique, plomberie, formation...);
  • réparer et fabriquer ensemble comme alternative à l'achat et au gaspillage (ordinateurs, vélos...);
  • favoriser le don et le prêt dans son quartier et son village (mettre un tableau de "qui prête quoi" et "qui donne quoi" sur sa façade...);
  • développer l'échange d'information et la culture libre, en organisant des rencontres de musique libre, des expositions d'art gratuit...;
  • créer des structures sans intermédiaires où chacun peut échanger gratuitement, librement et sans obligation de contre-partie.

Et ce ne sont que quelques exemples d'initiatives possibles, parmi toutes celles qu'il reste à inventer.

Alors lancez-vous ! La tribu non marchande a besoin de votre participation !

Le contenu du site Association gratilib. Essaimons la gratuité !, sauf mentions contraires, est sous licence culturelle non-marchande. Par défaut, toute contribution est sous cette licence.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, communautaire, ouvert à tous, destiné à promouvoir et défendre les échanges non-marchands et la culture libre. Construit avec PmWiki. et hébergé par Toile Libre.